L’actualité humenSciences

Chronique Animale - Épisode 16 : Loup noir, loup gris

21/06/2021

Les loups du parc national de Yellowstone sont parmi les plus célèbres de leur espèce. Des stars des réseaux sociaux ou leurs images sont partagées dans le monde entier. D’où vient cette incroyable notoriété ? Pourquoi cet engouement pour les loups du Yellowstone plus que ceux du Mercantour ou des Abruzzes ?

En partie parce qu’ils vivent au sein du plus ancien parc national du monde, dans un paysage grandiose, et que leur réintroduction dans les années 1995 est un exemple prodigieux du rôle des grands prédateurs dans le maintien de la biodiversité. Mais pas seulement. Les loups du Yellowstone ont une autre caractéristique : ils présentent deux formes différentes de pelage qui les rend ultra photogéniques Des loups gris avec des nuances claires et des loups noirs aux yeux jaunes.

Dans un article publié en 2016, une équipe américaine a analysé pendant vingt ans, la formation des couples entre les loups en fonction de leurs types de pelage. Objectif : comprendre l’origine du maintien du polymorphisme dans cette population alors que, dans la majorité des groupes animaux, une forme finit par prendre le dessus sur une autre. Sur 261 couples observés analysés, 63,6 % étaient des loups noirs avec des loups gris, soulignant un excès d’accouplements entre des individus différents. Ce résultat était identique si les accouplements étaient le fait d’un mâle noir avec une femelle grise, ou d’une femelle noire avec un mâle gris, suggérant que, indépendamment de sa couleur d’origine, les individus préféraient des partenaires distincts.

Les loups du Yellowstone sont issus de trois groupes différents réintroduit entre 1995 et 1997. 14 premier loups (6 gris et 8 noirs) ont été transférés en 1995 depuis le parc national de Jasper, en Alberta au Canada, puis 17 loups (12 gris et cinq noirs) en 1996, depuis la Colombie-Britannique, jusqu’au Canada, et enfin 10 loups (7 gris et 3 noirs) issus du nord-ouest du Montana, à la fin de 1996. Au total, parmi ces 41 membres fondateurs de la population des loups du Yellowstone, 25 étaient gris et 16 étaient noirs.

Vingt ans plus tard, qu’ont observé les chercheurs ? Les fréquences de loups noirs et gris sont identiques. Le maintien de ce polymorphisme serait le résultat de l’excès des appariements entre individus de couleurs différentes. Un cas unique chez les mammifères, mais qui pourrait exister chez d’autres espèces. En effet, les auteurs de l’article soulignent que cette découverte est le résultat d’un grand nombre d’années de suivi et l’absence d’étude à long terme de populations sauvages empêche actuellement de répondre pour d’autres espèces.

En attendant, délectons-nous de l’attachement à la différence dont font preuve les loups du Yellowstone.

 

Hedrick P. W., Smith D. W. et Stahler D. R., « Negative‐assortative mating for color in wolves », Evolution, vol. 70, 2016, p. 757-766.