L’actualité humenSciences

Chroniques Animales - Épisode 4 : La baleine et le goéland

05/01/2021

Qui est la proie et qui est le prédateur ? Un goéland se laisse porté par le vent scrutant la surface de l’océan. Une baleine nage avec son baleineau collé contre elle pour téter. Jouant avec les vents, le goéland descend en tournoyant et se pose sur le baleineau. D’un violent coup de bec, il lui arrache un grand morceau de peau. Sous l’effet de la douleur, le baleineau plonge sous les eaux laissant derrière lui une légère trainée de sang.

 

Les goélands sont des oiseaux fascinants et malicieux, reconnus pour leur agilité dans les airs et leur capacité à exploiter leur environnement. À la fin des années 1970, en Argentine, dans la péninsule Valdés, quelques goélands dominicains (Larus dominicus) furent observés perchés sur des baleines franches australes (Eubalaena australis). Ils ne cherchaient ni refuge ni repos sur le dos des cétacés, mais s’appliquaient à leur arracher des lambeaux de peau et des morceaux de graisse pour en faire leur repas. Ce curieux comportement semble bien inoffensif vu qu’une baleine peut peser jusqu’à 70 tonnes quand le goéland dépasse tout juste le kilo. Sauf que dans l’histoire, ce n’est pas la taille qui compte mais… le nombre de blessures. En 35 ans, de 1974 aux années 2010, les chercheurs notèrent que la proportion de baleines victimes de ce type d’attaques de la part de goélands était passée de 1 % à plus de 90 % ! Preuve que ce comportement alimentaire, anecdotique au départ, était devenu une habitude et qu’il s’était répandu dans toute la population de goélands.

Les goélands attaquent les mères et leurs baleineaux lors de leurs longues séances d’allaitement car les deux restent immobiles afin de permettre au petit de prendre sa ration quotidienne de 125 litres de lait. À la différence des autres mammifères, les baleineaux ne possèdent pas de muscle pour téter. C’est leur mère qui propulse le lait lorsqu’elle ressent la pression de son petit sur son mamelon. Ce qui nécessite un contact étroit et un environnement sûr. Depuis les années 2000, les goélands ont délaissé les mères pour s’en prendre aux baleineaux. Pour éviter les attaques, les femelles baleines se positionnent plus souvent de côté, mais se faisant, elles exposent leur petit. Harcelés par les goélands, les baleineaux peinent à se nourrir convenablement et leur mortalité augmente dangereusement.

La péninsule Valdés est un havre de paix pour les baleines franches qui viennent en nombre s’y reproduire et mettre bas. Chaque année, plus d’un millier de cétacés se retrouvent sur cette partie de la côte. Mais la présence quotidienne des goélands et la persistance de leurs attaques commencent à peser. Harcelés par les oiseaux, les baleineaux interrompent leur allaitement et s’épuisent.

Jusqu’à récemment, le comportement des goélands de la péninsule Valdés était unique au monde. Mais en 2020, une équipe australienne a relevé des attaques similaires de baleines à bosse (Megaptera novaeangliae) dans le golfe Exmouth, en Australie occidentale, par des mouettes argentées (Chroicocephalus novaehollandiae). À plusieurs reprises en 2018 et 2019, la même scène que celle visible en Argentine s’est reproduite. Les observations ont été faites de manière fortuite pas un navire de recherche sillonnant la zone. Seize cas de harcèlement ont été notés ce qui laisse imaginer que ce comportement n’est pas aussi rare que l’on voudrait bien le croire.

Comment expliquer ce nouveau comportement chez les goélands ou les mouettes ? Est-ce le nombre d’observateurs qui permet aujourd’hui de documenter un comportement qui existait au préalable ? La solution viendra peut-être des baleines qui pour éviter les attaques finiront par quitter la péninsule Valdés… laissant derrières elles une nuée de touriste venus les admirer.

 

 

 

 

Fazio A., Bertellotti M., et Villanueva C., « Kelp gulls attack Southern right whales: a conservation concern? », Marine Biology, vol. 159, 2012, p. 1981-1990.

Marón C.F., Seger J., et al., « Correction: Increased Wounding of Southern Right Whale (Eubalaena australis) Calves by Kelp Gulls (Larus dominicanus) at Península Valdés, Argentina », PLOS One, vol. 10, 2015, e0142969.

Harkness P., et Sprogis K. R., « Silver gull harassment of humpback whales in Exmouth Gulf, Western Australia », Marine and Freshwater Research, 2020.