L’actualité humenSciences

La tête dans les étoiles - Épisode 51 : Dans notre voisinage, les célibataires sont les plus nombreuses

17/05/2021

Rassurez-vous, l’objet de cette brève n’est pas de faire la publicité du dernier site de rencontres à la mode mais de parler du très sérieux recensement des populations d’étoiles situées dans le voisinage immédiat du Soleil, à savoir dans un rayon d’un peu moins de 35 années-lumière. Un tel recensement était attendu depuis longtemps car malgré les efforts des astronomes, les effectifs des différentes populations stellaires restaient en partie méconnus – notamment concernant les étoiles les moins lumineuses – d’où l’intérêt de se limiter à un volume relativement restreint pour espérer faire un recensement complet de tout ce qui s’y trouve.

 

Grâce à la mission européenne Gaia lancée en 2013, on a pu déterminer de façon probablement exhaustive tout ce qui brille dans notre banlieue stellaire proche. Avec comme résultat la confirmation que des étoiles « célibataires », à l’image de notre Soleil, forment à pleine plus de la moitié des astres : sur nos 463 voisines, 246 sont des étoiles sans partenaire. Pour autant, les 217 astres restants ne forment pas tous des couples, loin de là. Ceux-ci ne sont qu’au nombre de 69, auxquels il faut ajouter 19 systèmes triples, 3 systèmes quadruples (qui en pratique ont une structure hiérarchique composée de deux paires d’étoiles) et même deux systèmes à cinq étoiles. Et si l’on veut être complet, le compte ne s’arrête pas là. Il faut en effet y rajouter 77 exoplanètes, un chiffre sans doute largement sous-estimé tant les exoplanètes, même proches, sont bien souvent très discrètes et difficiles à détecter.

 

Comment caractériser le Soleil par rapport à ses voisines ? Même s’il existe des étoiles dont l’éclat est bien plus intense, notre étoile reste suffisamment brillante pour se classer parmi les 5 à 7 % des astres les plus lumineux, et aux alentours de la vingtième position au sein du recensement local. Au sein de celui-ci, la grande majorité des étoiles font partie de la catégorie des naines rouges, bien moins lumineuses que lui.

 

Et c’est là une bien mauvaise nouvelle si vous espériez contempler de visu notre voisinage par une belle nuit d’été ou d’hiver. Car un jumeau du Soleil vu à une dizaine d’années-lumière de distance est déjà assez proche de la limite de visibilité à l’œil nu. En conséquence, la majorité des 463 étoiles de son voisinage sont, elles, invisibles malgré leur faible distance : en fait, même Proxima du Centaure, la plus proche voisine du Soleil, est déjà 50 à 100 fois trop peu lumineuse pour que nos yeux aient la moindre chance de l’observer sans l’aide d’instruments.

 

Crédit : galaxymap.org, Twitter : @galaxy_map

Carte tridimensionnelle de la proche banlieue du Soleil (point jaune au centre entouré de ses huit planètes en vert). Les couleurs codent les planètes et la luminosité intrinsèque des étoiles.